Budget 2019 : Impact de la RIE III et recherche de nouveaux revenus

Catégorie : Actualités générales

La Municipalité a transmis son projet de budget 2019 au Conseil communal. Il présente un excédent de charges de 1.95 millions de francs, caractérisé par l’introduction des effets financiers de la RIE III et une progression de nouveaux revenus, en particulier des recettes liées aux stationnements, à la péréquation et à des revenus extraordinaires. Le budget présente également une augmentation des charges, au niveau du personnel, des biens et services et des participations cantonales. Au vu des importants projets d’investissements en cours, le niveau de l’endettement nécessite une surveillance accrue, face à une hausse prévisible de la marge d’autofinancement de l’ordre de 9% environ.

  La Municipalité d’Yverdon-les-Bains a transmis le projet de budget 2019 au Conseil communal, réalisé en collaboration avec l’ensemble des services de l’administration. Le budget a été élaboré en maîtrisant les coûts de fonctionnement tout en maintenant la qualité des services offerts à la collectivité. Il présente une marge d’autofinancement positive de 18.29 millions de francs, en hausse de 1.50 millions par rapport à 2018.

Le total brut des charges s’élève à 250.28 millions de francs. Le budget 2019 prévoit des augmentations de charges dans les domaines du personnel avec notamment la prise en compte de la révision du nouvel article 44 des statuts du personnel, des aides communales ciblées suite à l’introduction de la taxe forfaitaire pour les déchets et des participations cantonales. Ces écarts proviennent principalement d’une augmentation de l’effectif communal de 7.88 postes, dont 4,5 sont attribués pour le nouveau Collège des Rives. Les aides et subventions augmentent en raison des soins à domicile et des aides complémentaires communales. Le projet prévoit également une hausse des charges pour l’amélioration des bâtiments du patrimoine financier, de l’organisation générale de la déchetterie et de l’entretien d’équipement et de matériel spécialisé pour l’informatique.

Du côté des revenus, la prévision budgétaire atteint un total de 248.32 millions de francs. Les recettes fiscales sont en baisse de 0.7% en raison principalement de l’introduction de la RIE III et des conséquences sur le produit de l’impôt sur le bénéfice des personnes morales avec la baisse du taux de base. Cette baisse est atténuée par l’aide financière de l’Etat, suite à la convention entre le Canton et les communes de septembre 2018. De nouveaux revenus sont proposés, comme une modification de la tarification des amarrages et des concessions à bien plaire, une nouvelle politique de stationnement, un prix de l’énergie légèrement relevé et le produit de la vente de conduites lacustres et terrestres.

Un important travail d’analyse a été effectué concernant le niveau des investissements sur la base du programme de législature 2016-2021. Le plan des investissements révisé pour la période 2018-2027 prévoit des dépenses en 2019 de 59.93 millions de francs liés à de gros projets (Collège des Rives et extension des casernes, STEP 2018, route de contournement, parking souterrain), pour une moyenne annuelle jusqu’en 2021 de 40 millions de francs. Ce plan des investissements, bien qu’ajusté chaque année, montre la direction dans laquelle la dette se projette actuellement. Pour y faire face, la Municipalité propose de nouvelles sources de financement, à l’exemple de la vente d’une partie du patrimoine communal.

L’endettement communal pourrait ainsi augmenter à 330 millions de francs environ d’ici la fin de cette législature en 2021, ce qui aura pour conséquence d’augmenter de manière considérable les coûts induits liés aux futurs investissements de la Ville.

En complément aux mesures proposées par la Municipalité pour garantir la santé des finances communales de la ville, des mesures techniques sont prises telles qu’une révision étendue de la politique d’amortissement des investissements, la création de nouveaux centres de frais au Service de la jeunesse et de la cohésion sociale, ainsi qu’une nouvelle répartition de l’énergie et du réseau pour le gaz au Service des énergies.



Version imprimable | Accès transports